Le vent de l’Histoire

Août 1968, l’URSS envahit la Tchécoslovaquie, j’ai 10 ans et je suis atterré.

Novembre 1989, le Mur de Berlin tombe, j’ai 32 ans et je ressens que l’Histoire avec un Grand H traverse ma vie.

Février 1991 : deux ans plus tard, nous nous acheminons inexorablement vers la première guerre d’Irak et je ressens, une nouvelle fois, le cours de l’Histoire.

Milieu des années 90 : éclate en Europe la guerre de l’ex-Yougoslavie, tellement inattendue et dramatique. A l’époque j’écris la pièce « L’ombre apprivoisée » qui sera jouée quelques jours au théâtre des déchargeurs.

Février 2022 : une nouvelle fois, j’ai ressenti la marche implacable de l’Histoire et la Russie est entrée en Ukraine il y a dix jours, nous laissant sans voix. L’armée de Poutine écrase le peuple ukrainien et, pour des raisons géo-politiques et stratégiques que chacun peut comprendre, nous abandonnons le ciel ukrainien au contrôle russe.

Comme je me sens démuni, désarmé.

Commenter

Patrice Obert